Loin du monde de Marco Goldin


Ce texte hypnotique met en scène un long regard introspectif et passionné de Paul Gauguin au terme de sa vie, une pensée qui navigue dans les méandres d’une mémoire imaginée.

Ses rêves, son amour pour la peinture, pour la couleur. Sa tentative intense pour faire le lien entre le silence magique d’un paysage couvert de neige et celui, mystérieux, de la nature tahitienne, éclairé par une lumière aussi intense que nostalgique. Ses rencontres. Et surtout l’une d’elles, avec Vincent van Gogh, un peintre qui découvrit comme lui sa vocation tardivement, comme lui inlassablement à la recherche du paysage, sous toutes ses lumières. Tous deux loin du monde, et prêts pourtant à s’y jeter sans retenue.

L’auteur
Critique d’art en Italie, on connaît surtout Marco Goldin comme commissaire d’importantes expositions. De 1988 à 2002, il a dirigé la Galleria Moderna d’Arte di Palazzo Sarcinelli à Conegliano (Trévise), où il a organisé des rétrospectives sur les plus grands auteurs italiens contemporains. C’est également un essayiste dont la production est caractérisée par sa façon de mêler l’iconographie et la poésie. En 1996, il a crée « Linea d’ombra » qui organise régulièrement d’importantes expositions de peinture au Museo di Santa Giulia de Brescia. Loin du monde est sa première pièce de théâtre.
Traduit de l’italien par Eva Wissenz.

Poche — 52 p. — 5,80 €

De Gilles. M. D.
4 octobre 2015

"Loin du monde... c’est ça, c’est là qu’on a envie d’être, dans la peinture, dans la beauté. Gauguin a été mon maître à penser longtemps. J’ai vraiment aimé ce texte assez sombre mais d’une belle profondeur."

>Voir les commentaires des lecteurs.

Les livres Seepia

— Des mots pour semer la vie —